Eau Minérale Naturelle Saint-Léon Co.

Pour qui s’est déjà déplacé à Saint-Léon-le-Grand (au nord de Louiseville), il garde  le souvenir d’un paysage agricole tranquille, sans surprise, marqué par la rivière du Loup:
Saint-Léon-le-Grand, Québec

Un peu par hasard, je suis tombé sur cette page web qui montre plusieurs photos historiques de Saint-Léon-le-Grand, et j’ai été frappé d’apprendre l’existence du St-Leon Springs Hotel, un immense hôtel construit sur les berges de la rivière du Loup au 19e siècle. L’immense construction était un lieu de villégiature, un genre de sanatorium où, paraît-il,  de l’eau de source était embouteillée… Quelques photos tirées de ce site web:

Frappant! Un lieu pour faire le plein d’eau de source, pour guérir des maux de santé…

Poursuivant mes recherches, je tombe alors en arrêt sur un second site web qui, lui, fait le tour d’une série de bouteilles d’eau minérale de St-Léon issue de la collection de Steve Lussier… Photos tirées de ce site web, également:

À quel endroit était situé cet hôtel, quelle était cette compagnie dont je n’avais jamais entendu parlé? La question me tracasse…! Prenant la direction (virtuelle) de Saint-Léon-le-grand, je trouve grâce à Google Maps un petit chemin nommé Route de la Saline : un lieu situé sur la rive est de la rivière du Loup. Son nom me laisse croire que la source de Saint-Léon était situé là. L’étape suivante est de confirmer par un examen rapide des titres de propriété si les terrains situés en bordure de cette route ont un lien ou non avec l’hôtel ou la compagnie d’embouteillage …

Je trouve plusieurs références à l’eau minérale dans l’index aux immeubles. Le lot 59 a été possession de The St-Leon Mineral Water Co. entre 1893 et 1905. En consultant les actes notariés cités dans l’index, on comprend que la compagnie The St-Leon Mineral Water Co. avait acheté le terrain d’un compagnie nommée The St-Leon Spring Company. Ces actes antérieurs à 1885 ne se trouvent pas sur le site du registre foncier… The St-Leon Mineral Water Co. possédait un siègle social à Toronto, présidée par James Good et était représentée à Montréal par Albert W. Atwater. Des bureaux de cette compagnie se trouvaient à Montréal ( au 54 square Victoria)  et Trois-Rivières. À Toronto, cette compagnie était située sur la rue King West. On ventait en ces mots l’eau de Saint-Léon :

St. Leon mineral water, a perfect regulator, and effective medicine, a fascinating beverage … sold by all druggists, and hotels, or St. Leon Mineral Water Co’y Ltd. … branch, Bond’s Drug Store, Cor. Yonge and College …

On vendait l’eau 25 sous par gallon, selon cette publicité bien dans le ton de l’époque, tirée du Quebec Daily Telegraph du 9 novembre 1885:

Si le témoignage nous dit que cette personne prenait de l’eau depuis 10 ans en 1885, on pourrait en déduire que cette eau minérale était vendue depuis 1875, au moins… Cependant, une autre publicité, celle-ci du 3 septembre 1910 dans The Gazette, montre que la compagnie remontait à 1881 en fait :

Les vertus prêtées à l’eau sont les plus diverses… comme on conclu que la fièvre tiphoïde est issue de l’eau de piètre qualité, l’eau St-Léon, quant à elle, guérit la fièvre tiphoïde, comme le dit The Quebec Daily Mercury le 5 octobre 1901 :

Finalement, on alla même plus loin, en évaporant l’eau de Saint-Léon pour en extraire les sels (forme plus commode pour les voyageurs qui peuvent ainsi les transporter). Voir l,extrait du Canadian journal of medicine and surgery, Volume 24, publié en 1908:

St. Leon Sante Salts are produced by evaporating the natural St. Leon Sante Water. (…)

Pour ce qui est de l’hôtel situé à Saint-Léon… Le 1er juin 1889, il a ouvert ses portes, selon cette publicité du Quebec Daily Telegraph, soit 8 ans après le début de l’exploitation des sources salines par The St-Leon Mineral Water Co.

Une époque faste pour l’hôtel… au départ, il a été dirigé par un certain James K. Gilman, originaire de Stanstead. En 1907, l’hôtel n’était plus si populaire, déjà, son zénith étant derrière lui:

Plus tard, les terrains ont été la possession de la compagnie Eau Minérale St-Léon, propriété de Charles Gauthier, un épicier licencié demeurant à Saint-Léon-le-Grand. Une seconde compagnie nommée Saline Incorporée pilotée par un certain Paul-Émile Côté de Québec en a aussi été propriétaire, plus brièvement. Des actes de 1945 et 1946 décrivent les différents terrains, constitués des lots 59 et 61 et de parcelles situées de par et d’autre du chemin privé La Saline.

Au décès de Charles Gauthier, en 1961, le terrain est cédé et une compagnie nommée  Eau Minérale Naturelle, St-Léon en poursuit l’exploitation ( sans toutefois en être propriétaire). La suite n’est pas très claire… En quelle année cette compagnie a cessé d’exploiter la source? Question sans réponse…

En somme… ce site a été très longtemps exploité pour ses sources d’eau. Que sont-elles devenues, ces sources, aujourd’hui? Mériteraient-elles d’être exploitées encore? Ce patrimoine oublié est d’une grande richesse…

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Eau Minérale Naturelle Saint-Léon Co.

  1. Jacques frechette dit :

    La compagnie eau minérale st leon le grand appartenait à Leopold Desrosiers dans les années 1963, en çe moment la je travaillais pour cette compagnie, l’usine à complètement brule en décembre 1965 er elle ne fut pas reconstruite, aujourd’hui le kiosque situe au dessus de la source est tôujours present et l’eau coule tôujours pour se jeter dans la rivière du Loup.
    Le proprietaire actuel se nomme Rejean Frechette et Louise Champagne

    Jacques Frechette

  2. franois mc innis dit :

    bonjour,as tu bu cette eau.merci

  3. Jamais eu l’occasion…

  4. C’est en lisant les livres « la Saline » 3 tomes, de Louise Lacoursière, que j’ai découvert ce lieux qui a existé. Ça fait partie de notre histoire. Je demeure à St. Barnabé, paroisse voisine .

    • Jacques Frechette dit :

      Bonjour Ghislaine,
      Oui le kiosque est toujours là et l’eau salée se déverse a la riviere du Loup, je voulais juste apporter un correctif, l’usine à cesser d’opérer lors de l’incendie qui a tout dévaster mais c’est en décembre 1964 au lieu de décembre 1965. On peut boire l’eau mais elle n’est pas filtrée.
      Au plaisir

      Jacques Frechette

  5. Nous sommes passés plus tôt aujourd’hui sur le lieu de la source, et M. Fréchette nous a laissé aller voir la source qui est située sur son terrain. Je vais écrire un court billet au sujet de ce que nous avons pu voir.

  6. Phil dit :

    Eh ben, c’est pas loin de chez moi ça!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s